Arrosage par micro irrigation

L’arrosage des jardins par micro-irrigation

L’arrosage de vos plantes dans le jardin par la micro-irrigation est idéal pour un arrosage économique, sans difficulté et facile à monter soi-même.

L’arrosage automatique permet d’arroser vos plantes par le biais d’un simple réseau de tuyaux étroits et de goutteurs ou d’asperseurs dissimulés dans le jardin. Le réseau est contrôlé manuellement ou avec un programmateur.

Il en existe plusieurs dans le commerce avec des qualités bien différentes, surtout sur la longueur du réseau :
- le goutte à goutte,
- le microporeux,
- les micro-asperseurs.
Le goutte à goutte

se trouve soit :

- en kit complet avec une centrale de débit et des goutteurs, espacés d’environ 30 cm, incorporés dans le tuyau avec un débit de 2, 3 ou 4 l/heure.
Dans ce système, deux modèles existent :
- le tuyau doit être posé sur la terre et les goutteurs bien dégagés au dessus,
- le tuyau peut être recouvert d’un paillis (écorces de pin, cacao, paillettes de lin, cosse de sarrazin, chanvre, etc.)

- le goutte à goutte peut être aussi monté soi-même.
Pour cela, il faut du tuyau de 13 ou 14 mm, une centrale d’irrigation et des goutteurs que l’on placera dans le tuyau juste en face de la plante à arroser.
Ceci a pour avantage de choisir un goutteur par rapport au besoin de la plante.
Les goutteurs débitent 2, 3 ou 4 l/heure, mais vous pouvez aussi opter pour des goutteurs réglables de 2 l à 20 l.
Avantage important car les plantes d’un même massif n’ont pas toutes les mêmes besoins.
Les longueurs de tuyau peuvent atteindre 80 m en linéaire et plus de 200 m en circuit bouclé.
Le système microporeux

est plus simple à installer puisque l’eau suinte sur toute la longueur avec un débit de 9 l/mètre-linéaire et à l’heure.
Mais on est limité à 30 m de longueur, sinon il faut mettre des T un peu partout afin de boucler complètement le système.
Les micro-asperseurs

permettent des arrosages aériens afin de mouiller le feuillage des plantes ?
Ces petits asperseurs couvrent 2 m de rayon, utilisent 55 l/h et couvrent soit 90°, 180° ou 360°.

Dans les jardineries, le matériel ne manque pas pour réaliser soi-même son réseau de micro-irrigation : goutteur fixe, goutteur automatique, mini asperseur, micro jet, etc.

 Michel Le Pottier

Arroser son jardin judicieusement

Comment faut-il arroser judicieusement son jardin ?

Bien arroser, c’est arroser à bon escient.
Même par temps de canicule, il ne sert à rien d’arroser quotidiennement son jardin


Seules les plantes en potées ou jardinières doivent être abondamment abreuvées matin et soir.
En pleine terre, lorsque l’on arrose chaque jour, on ne donne que peu d’eau à la fois.
Celle-ci s’évapore ou reste en surface, sans descendre aux racines.
Le résultat pour les plantes est donc nul, et même nocif, car elles vont développer de fines racines tout près de la surface du sol, et non pas en profondeur.
Elles deviennent alors très fragiles et sensibles au moindre oubli d’arrosage.
La règle d’or : le 10 X 10

Toutes les plantes, gazon compris, préfèrent être complètement imbibées une fois tous les huit à dix jours, plutôt que de recevoir de légers arrosages quotidien.
La règle moyenne est celle du “10 X 10” : 10 litres d’eau par m² tous les 10 jours.
Cette quantité, et la fréquence, doivent être modulées en fonction de la nature de votre sol, selon qu’il retient bien ou mal l’eau.
Enfin, n’oubliez pas qu’une jeune plante, ou arbuste planté de l’année, comme un Rosier, réclame beaucoup plus d’eau que ses congénères adultes.
Bon à savoir :
“Un binage vaut deux arrosages”

- Le décroûtage de la surface du sol permet d’aérer la terre (les racines respirent) mais aussi de diviser par deux l’évaporation de l’eau.
Binez avant d’arroser et non inversement.

- La couverture du sol autour des massifs, arbustes et plantes grimpantes par un “paillis” est très efficace pour garder la terre fraîche et humide et réduire ainsi les arrosages.
On peut utiliser indifféremment de la paille, des tontes de gazon séchées ou encore des écorces de pin vendues en sac.
Étalez sur 10 cm d’épaisseur.
Faut-il arroser le matin ou le soir ?

Cela dépend des saisons.

- Jusqu’à la fin du mois de mai, les nuits sont encore fraîches : il est donc conseillé d’arroser le matin, le plus tôt possible (mais pas dans une gelée blanche tout de même).

- En été c’est l’inverse : l’évaporation est telle dans la journée que les plantes n’en profiteraient pas. Il faut donc arroser le soir, de préférence juste avant la nuit.
Que faire quand une plante a eu très soif ?

- S’il s’agit de plantes fleuries, commencez par ôter toutes les fleurs fanées ou ouvertes.
Si des tiges sont jaunes ou flétries, coupez à ras.
Binez le sol puis arrosez par aspersion, jusqu’à ce qu’il soit détrempé.
Recommencez deux fois par semaine, jusqu’à ce que de nouvelles pousses pointent.
Reprenez alors un rythme normal d’arrosage.

- S’il s’agit d’un jeune arbre ou d’un arbuste, creusez une légère cuvette autour de son pied, placez l’embout de votre tuyau d’arrosage et laissez couler un mince filet d’eau toute la nuit.
Ne coupez aucune branche pour l’instant, mais attention, un nouvel oubli d’arrosage lui serait fatal.
Faites…

- Arrosez toujours vos plantes, fleurs et arbustes au pied.
Plus vous mettez directement sur une plante, plus vous risquez de l’abîmer.

- Arrosez toujours votre pelouse avant tout traitement.
Les produits chimiques, engrais ou désherbants sélectifs, doivent être rapidement absorbés pour ne pas griller la surface du gazon.
Ne vous contentez pas de la rosée.
Ne faites pas…

- Ne réglez jamais l’embout de votre tuyau d’arrosage sur “jet puissant”.
Les fleurs, les racines et la terre elle-même ne peuvent supporter un tel traitement.
Pour vos plantes fleuries, utilisez de préférence un arrosoir traditionnel muni d’une pomme.

- Lorsque vous arrosez la pelouse, n’arrosez pas le feuillage des Rosiers en même temps.
Répété régulièrement, le soir, en été, un tel arrosage favorise l’apparition des maladies, notamment le “marssonia” : les feuilles noircissent et tombent.

- N’arrosez jamais en plein soleil.
Les gouttelettes d’eau sur le feuillage forment un effet “loupe”.
Les rayons du soleil se concentrent sur la goutte et provoquent des brûlures.

Extrait d’un document édité par la CISE – 36/38 rue de la Princesse – B.P. 432 – 78432 Louveciennes Cedex