Visite de jardin dans la région de Brest (14 Mars)

botabrest

Notre visite du samedi 14 mars au Conservatoire botanique du Stang-Alar de BREST.
Établissement public, scientifique et technique, le Conservatoire botanique national de Brest a pour mission de préserver la diversité végétale sauvage de l’ouest de la France et des hauts lieux de biodiversité mondiaux.
Nous sommes accueillis et guidés pendant prés de 4 heures par Loïc, fin pédagogue notre visite commence au pavillon d’accueil ou Loïc nous rappelle le fonctionnement d’une plante et son rôle essentiel de notre existence (H²O + CO² + lumière, les plantes fabriquent leur nourriture). La plante est essentielle pour la chaine alimentaire; pas de plantes donc pas d’animaux et encore moins d’hommes. En espérant que le temps se lèvera plus tard, nous commençons par les serres enfermant des plantes de différents continents. Remises en forme, elles seront ensuite reproduites par bouturage de tige, de racine ou aériennepar culture in vitro ou par semis (s’il n’y a pas de risque de pollinisation croisée avec d’autres spécimen). Les centaines de plants ainsi reproduits seront, si leur terre d’origine le permet encore, réintroduits dans leur biotype d’origine. C’est ainsi qu’un trentaine d’espèces en voie de disparition à l’île Maurice et à La Réunion ont été réintroduites comme le Cylindrocline lorencei, ou le Ruizia cordata.
Ces serres présentent, quand il veut bien fleurir, c'est-à-dire tous les 5 ou 6 ans, le fameux Arum titan, une splendide fleur géante, éphémère et nauséabonde issue d’un tubercule. Nous n’en avons vu que les films.
Enfin, cet endroit ne serait pas nommé l’Arche aux plantes s’il n’enfermait pas dans ses congélateurs des milliers de graines dont les plants ont disparus de la surface de la terre.
La bise du nord-est nous saisit à la sortie des serres et pendant toute notre visite au long du vallon de 30 ha, ancienne carrière de granit utilisée pour la reconstruction de Brest, le conservatoire accueille tout le long du ruisseau et au bord de très beaux étangs, des collections de plantes du massif Armoricain, d’Asie ; camellias, rhododendrons, magnolias en fleurs lors de notre visite. Des zones réservées aux fougères arborescentes (Dixonia antartica venant de Tasmanie, la plus rustique ) elles résistent très bien dans ce vallon de Brest, protégées par des chapeaux de foin qui empêchent l’humidité de pénétrer par le haut sans aucune protection type emmaillotage comme c’est le cas de celles venant d’australie. Nous terminons la visite avec le vif espoir de revenir aux différentes saisons qui permettent d’apprécier les forêts de Gunneras et d’autres plantes aquatiques.

botabrest2

 

botabrestdixonia3

 

botabrestmagno3
Nous nous rendrons l’après midi au chaud dans les serres de la Canopée, Colette Barthelemy a la gentillesse de nous accueillir, elle nous a déjà mis l’eau à la bouche lors d’une conférence à kerplouz il y a quelques temps, aussi c’est après quelques rappels d’entretien que nous investissons dans quelques beaux spécimen exposés au chaud ce jour là. Ce n’est pas la période la plus spectaculaire, surtout qu’une grande partie des orchidées est aujourd’hui dans une exposition hors département. En tant que jardinier, nous aimons cette ambiance de serre ou pousse des milliers de futurs stars.

canopee1

 

canopee2

 

Yannick DERRIEN