Oidium

Connu sous le nom de « blanc ». Champignon qui ponctionne une à une les cellules à l’aide de suçoirs et empêche la plante de respirer et de réaliser une bonne photo-synthèse. Il se conserve pendant la mauvaise saison s’il n’a pas été détruit. C’est une maladie à redouter.

JPEG - 17.6 ko

Plantes le plus souvent attaquées

Souci, phlox, sauge , bégonias, chrysanthème, achillée, aster, dahlia, delphinium, lupin, muflier, pensée, pois de senteur, verveine, zinnia, rudbeckia, hélianthus, anémone, renoncule, rosier…

Symptômes

Facilement identifiable : feutrage blanchâtre sur feuilles, tiges, boutons floraux et rameaux en cas de forte attaque

Conditions favorables

humidité de l’air. Pas d’aspersion fine d’eau. Mais les oïdiums sont contrariés par la présence d’eau ruisselante sur les feuilles.

Traiter en Mai-juillet puis en début d’automne

Moyens de lutte et traitement

Surtout préventif : Choisir un endroit aéré pour les plantes sensibles. Enlever les pousses malades à l’automne afin d’empêcher l’hibernation. Eviter de palisser un rosier sur un mur blanc exposé plein sud. Dès le début du printemps à l’apparition des feuilles, traiter tous les 15 jours avec des fongicides à base de soufre(t° de 15 à 18 °), propiconazoleSinon traiter au tout début de la maladie.