Le compost : matériaux utilisables

LE COMPOST : MATERIAUX UTILISABLES

Matériaux utilisables pour le compostage au jardin

Le compost au jardin n’est optimal que si on réalise un mélange de matériaux de natures différentes et complémentaires.

Les critères qui doivent être représentés sont :

-         des substrats grossiers (G)

-         des substrats fins (F)

-         des substrats secs (S)

-         des substrats humides (H)

-         des substrats riches en azote (N)

-         des substrats riches en carbone (C).

Exemple : la paille (GSC) est parfaitement équilibrée par l’herbe (FHN).

Liste alphabétique des matériaux utilisables ou non pour le compostage au jardin

           MATERIAUX SUBSTRATS

GROSSIERS

     (G)

   FINS

   (F)

SECS

   (S)

HUMIDES

     (H)

RICHE EN AZOTE

   (N)

RICHE EN

CARBONE

     (C)    

Aiguilles de conifères :

Fournissent un humus acide.

Bonne utilisation comme paillis de plantes tolérantes (framboisiers, fraisiers...)

X

X

X

Algues et plantes marines :

Laisser dessaler à la pluie.

Apportent de précieux oligo-éléments.

X

X

X

X

Algues et plantes d'eau douce :

Souvent très riches en azote comme les lentilles d'eau. On peut les utiliser directement comme engrais organique azoté.

X

X

X

Bois de taille et broussailles :

Ne compostent bien qu'après broyage. Sinon, les recycler au criblage. Pouvant composter à part (Technique des composts Templiers).

X

X

X

Cendres de bois :

Engrais minerai riche en potasse, phosphore, chaux et

oligo-éléments. (action alcalinisante). Eviter les cendres de bois traités, plastifiés ou peints (résidus).

X

X

Chiffons et textiles :

Ne compostent que les produits 100% naturels : coton, lin, jute, chanvre (C), laine, soie (N). Proscrire toutes les fibres synthétiques, qui ne compostent pas.    

X

X

X

X

Copeaux, frisures de bois :

En petites quantités. Proscrire les bois traités ou peints (Inhibition des microorganismes).

X

X

X

Coques et noyaux de fruits:

Matériaux lents à composter, mais utilisables.

X

X

X

Coquilles : (oeufs, escargots huîtres) (Ca) Très difficilement attaquées, ce sont des amendements calcaires et des réserves d'oligo-éléments chez les coquillages marins.

Corne, crin, laine et poils, plumes, ongles, sabots :

Engrais organiques riches en azote, à dégradation lente (effets prolongés sur les sols). Broyage conseillé.

X

X

X

Déchets de table et de cuisine :

Tri à la cuisine et stockage dans la poubelle à compost. Eviter les fruits tropicaux, écorces d'agrumes (oranges, citrons traités au diphényle-thiabendazole...) et épluchures de pommes de terre traitées à l'anti-germe. Eviter les déchets douteux.

X

X

X

X

Ecorces :

Les écorces broyées sont de bons substrats. Les écorces liégeuses sont difficiles à composter.

X

X

X

Excréments (humains) :

A éviter dans le jardin. Voir Biotoilettes

Excréments (animaux de compagnie) : Chats, oiseaux. Les litières sur sciures prêtes à l'emploi sont riches en minéraux. On ne les utilisera que si l'on maîtrise vraiment bien la technique du compostage pour obtenir l'effet hygiénisateur (milieu aérobie, température partout supérieure à 65°C ce qui est rarement le cas dans un compost de jardin) car présence de parasites et de germes pathogènes transmissibles.

Feuilles :

Fraîches :

Sèches :

Substrat abondant à utiliser. Chaque espèce présente des caractères différents. On évitera les feuilles inhibitrices (noyer, certains saules, espèces exotiques …). On peut composter ou brûler les feuilles malades des arbres fruitiers pour éviter la dissémination de certaines maladies (tavelure du pommier…).

X

X

X

X

X

X

Fientes de volailles :

Engrais très riche en azote. Très bon équilibrant de (G.S.C.).

X

X

X

Fleurs fanées, foin et herbes :

Déchets végétaux à composter, on s’attachera à obtenir une bonne montée en température (par une mise en compostage en une seule fois) pour détruire les graines adventices.

X

X

X

X

X

Fougères :

Faciles à collecter, riches en potasse et minéraux.

X X X X X

Fumiers :

G, H équilibre C-N Le meilleur substrat au jardin.

-         Fumiers "chauds" : cheval, mouton, lapin, chèvre.

-         Fumiers "tièdes" vache, porc

A composter car contiennent des graines de mauvaises herbes. Eviter tous les fumiers et lisiers d’élevages intensifs (Antibiotiques, sulfamides, présence de Zn et Cu)  

X

X

Marcs : (fruits, cafés, thés…)

Riches en sucres, très fermentescibles, démarrent bien la montée en température.

X

X

X

Mauvaises herbes (Variable) :

Eviter les plantes grainées et le "coriaces". Un bon système, laissez-les sécher à part, utilisez-les ensuite comme du foin.

X

X

X

Métaux :

A éviter pour les blessures et piqûres (tétanos). On pourra rajouter l’eau rouillée pour apporter du fer et des oligo-éléments.

Minéraux :

Tous les minéraux naturels, tels que poudres de roches, dolomie, maerl, lithothamne, phosphates, craies phosphatées, nitrates du Chili...peuvent être rajoutés pour équilibrer le compost.

Mousses :

Matériau allégeant intéressant, mais pauvre (identique à la tourbe).

X

X

X

X

Ortie :

Bon activateur de compostage, surtout en purinage.

Os :

On doit tous les mettre car riches en calcium, phosphore. Broyés finement ou non, ils finissent par devenir friables et se décomposer dans le sol.

Pailles et rafles :

Matériau carbone type, bon précurseur des humus. Eviter les pailles traitées (herbicides très rémanents).

X

X

X

Papiers, cartons et tissus cellulosiques: (ouate, mouchoirs, essuie-tout, papier hygiénique non coloré)

Riches en celluloses. Les papiers de pâte mécanique contiennent de lignine. Eviter toutes les parties colorées (pigments avec métaux lourds). L’encre noire est inoffensive, elle ne contient en général que du carbone.

X

X

X

X

Plastiques :

A éviter sous toues les formes, en particulier fines. (Les poussières ne doivent pas se trouver dans la poubelle compost).

Résidus de récolte du potager et d'entretien du jardin :

Substrats de base du compost au jardin : trognons, fanes, pieds fanés, éclaircis … Attention au recyclage des maladies des plantes. Si peu de montée en température, attendre longtemps (plus de 6 mois). En cas de doute, incinérer en conteneur et recycler les cendres.

Urines et purins :

Riches en azote, à stocker en bac pour purinage du compost ou des sols.

Vases, boues :

Utilisables si non toxiques (bien en connaître l’origine).

X X X

Avant toute opération de compostage, il faut effectuer un tri.

Les matériaux à éviter sont les matériaux :

-         de mauvaise décomposition naturelle (toxicité naturelle),

-         pollués (métaux lourds, composés organiques pesticides ou non dégradables),

-         ou contaminés (pathogènes, parasites).

Le broyage doit permettre de défibrer au maximum les branches, broussailles et pailles.

- Le principal problème est de concilier le compostage de deux types d'apport différent en nature

   et en quantité :    

- les déchets de la maison produits régulièrement et en faible quantité,

- les déchets du jardin produits de façon saisonnière et en quantité variable.    

  

- Le principe consiste à garder en réserve des déchets grossiers, secs et riches en carbone pour

stabiliser par mélange les déchets frais.

Les déchets grossiers doivent permettre à la fois d’assurer l’équilibre biochimique avec les déchets frais, mais aussi et surtout, de donner une porosité au mélange (circulation de l’oxygène et de l’eau).

Pour «dynamiser » un compost, garder du vieux compost pour ensemencer le nouveau.

Si l’on a peu de matériaux structurants (tailles, écorces, cartons ondulés …), on peut améliorer l’aération et donc le compostage en créant des cheminées d’aération en plantant régulièrement des bambous dans le compost (technique chinoise).

Appréciation du niveau de qualité d’un compost :

Un compost brut (après la phase de montée en température) continue à fermenter lentement (phase d’humidification).

Il faut laisser cette maturation se faire sinon on risque des dégagements d’ammoniac si le produit est riche en azote, ou une « faim d’azote » si le produit est riche en carbone.

Les critères d’un compost mûr :

*Odeur d’humus de forêt (car procédé naturel).

*Si production de chaleur lorsqu’on humidifie le compost et qu’on le brasse, c'est que le produit  

n'est pas fini.          

Conférence de Pierre-Yves Tourlière, des 4 Vaulx-jardin à Corseul (22)