Hyponomeutes

Les hyponomeutes devenus rares dans les années 80 à la suite de l’utilisation de certains insecticides, ont progressivement réapparu depuis l’abandon de ces traitements.

Ils se développent aux dépens des arbres fruitiers et de divers arbres et arbustes.

Les espèces les plus communes sont : l’hyponomeute du pommier, l’hyponomeute du prunier, l’hyponomeute du cerisier à grappes et l’hyponomeute du fusain.

Les hyponomeutes sont de petits papillons d’environ 20 mm d’envergure. Leurs ailes antérieures sont blanches et ponctuées de noir, leurs ailes postérieures grisâtres et frangées. Au repos elles sont disposées en toit. Les chenilles vivent en colonies dans un nid soyeux, réunissant des rameaux dont elles dévorent les feuilles.

Le cycle de développement de ces espèces est similaire. Les papillons de l’hyponomeute du prunier, par exemple, apparaissent en grand nombre en juillet-août. Ils pondent des œufs groupés et recouverts par une enveloppe protectrice sous laquelle les jeunes chenilles vont hiverner. Au mois de mai, elles reprennent leur activité et se confectionnent des toiles communautaires pour se développer. Lorsque le feuillage du nid est consommé, les colonies se déplacent sur d’autres branches pouvant ainsi détruire une grande quantité de feuillage. Les chenilles se nymphosent dans des cocons suspendus dans la toile.

La présence des nids et la destruction des feuilles déparent les arbres et peuvent en cas d’attaque grave affecter la vigueur de l’arbre.

Les chenilles sont fréquemment détruites par des ennemis naturels, mais ces auxiliaires ne suffisent pas toujours à réduire les populations de ravageurs à un niveau tolérable.

Lutte

Dès que les nids sont formés, les récolter et les brûler.

Si nécessaire, appliquer un traitement insecticide sur les jeunes chenilles avant la confection des toiles.

Maryvonne Decharme